Dix ans que vous n’avez pas changé d’appartement. Mais voilà : avec l’arrivée de votre petit dernier, un nouveau job ou l’achat d’un deux-pièces à Meudon, vous devez vous lancer dans un déménagement. Déménageurs, cartons, organisation : notre kit de survie pour le jour J.

Après le deuil et le licenciement, le déménagement serait, à en croire les études faites sur le sujet, l’une des situations les plus stressantes de l’existence. En 2006, un sondage réalisé par l’institut TNS Sofres le confirmait : 76 % des Français avouaient éprouver de l’anxiété lors d’un changement de résidence, le chiffre grimpant même à 82 % chez les femmes, qui se rappellent avoir passé un très mauvais moment pendant leur déménagement. La bonne nouvelle ? Si vous êtes organisée, cela devrait bien se passer. Et cela commence un bon mois avant la date fixée pour changer de vie : il est alors temps de trouver LE déménageur. Prenez-y vous à l’avance si vous voulez avoir le choix entre plusieurs prestataires, surtout si vous déménagez en fin de mois. C’est la période la plus chargée en la matière, sans oublier celle de la fin de l’année scolaire.

Comment bien choisir son déménageur ?

On fait jouer la concurrence en prenant des rendez-vous avec différentes entreprises. Pour éviter toute surprise de dernière minute, pensez, dès le départ, à bien mentionner ce qu’il y a aussi dans votre cave, votre grenier et… sous les lits ! Sachez que pour couvrir la perte, le vol ou la casse (cela arrive), les sociétés de déménagement doivent souscrire une assurance. Avant de finaliser son choix, demandez à consulter les conditions d’indemnisation prévues par les assurances et comparez-les à celles des autres entreprises interrogées.

On oublie le devis sans visite. Si la société de déménagement vous envoie un devis en ligne (selon votre estimation de non professionnelle) en vous précisant qu’elle n’a pas besoin de se rendre à votre domicile, oubliez-la. Même si vous avez répondu à un questionnaire précis, vous risquez fort d’avoir à payer un gros supplément le jour du déménagement.

Attention au devis très bon marché. S’il est bien plus bas que les autres, c’est qu’il y a forcément une arnaque ou que la prestation sera catastrophique, voire les deux. À moins de vouloir à tout prix vous débarrasser de la vaisselle de belle-maman, exigez des devis écrits et lisez attentivement l’ensemble des clauses avant de vous engager.

Le versement d’arrhes. En règle générale, les sociétés demandent 30 % du coût du déménagement. Si une entreprise vous demande plus, refusez.

Et pour faire baisser la note. Évitez les fins de mois, les débuts de vacances scolaires et réduisez au maximum le volume de ce que vous allez transporter. Pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour organiser une braderie afin de vendre les meubles et vêtements dont vous n’avez plus besoin ? Est-ce que vous avez vraiment envie de déménager cette vieille armoire normande dénichée aux puces il y a dix ans avec votre ex, armoire qui pèse une tonne et dont vous ne savez plus quoi faire ? Idem avec cette combi de ski achetée pour vos 16 ans et qui est enfouie depuis deux décennies en bas de votre placard. Si la braderie n’est pas votre truc, pensez aux organismes de bienfaisance, aux boutiques vintage ou au Boncoin.fr.

On fait quoi 3 semaines avant ?

Afin de gagner du temps lors de l’emménagement, on opte pour du gros scotch de couleur, à définir selon les pièces.

Les premiers cartons ! Du superflu à l’essentiel, voilà ce qu’il faut retenir. Vous allez pouvoir commencer à emballer ce qui vous est le moins utile au quotidien (les déco de Noël, l’intégrale de La Pléïade – plus le temps de lire -, l’appareil à raclette et les ustensiles de cuisine non indispensables) en appliquant une règle d’importance : les objets lourds dans les petits cartons, les objets légers dans les gros cartons. Afin de gagner du temps lors de l’emménagement vous pouvez les fermer avec du gros scotch de couleur à définir selon les pièces où leur contenu sera déballé : rouge pour la cuisine, blanc pour le salon, bleu pour la chambre… Autre solution, certes un poil fastidieuse, mais qui vous rendra fière le jour J : coller une étiquette sur chaque côté (donc 4) de vos cartons et inscrire un numéro dessus (C comme chambre + un chiffre). N’oubliez pas de noter le tout, classé pièce par pièce, dans un carnet. Une fois chez vous, vous ne mettrez ainsi que quelques secondes à retrouver votre jean préféré. Sauf, bien sûr, si vous avez rangé le précieux carnet au fond d’un carton…

Si vous êtes de nature très angoissée, ne confiez pas vos objets fétiches et vos photos aux déménageurs, gardez-les avec vous et rangez-les dans deux cartons au maximum – sinon, à quoi bon prendre une entreprise ? -, cela vous rassurera. Mélomanes, rangez vos vinyles sur la tranche, surtout pas à plat, au risque de les retrouver brisés. Parents, donnez une mission à vos bambins pour qu’ils se sentent impliqués : laissez-les faire eux-mêmes les cartons de leur chambre, ce ne sera pas de trop.

Trois semaines avant le déménagement, c’est également le moment de prévenir votre fournisseur d’accès Internet, votre compagnie de téléphone, EDF-GDF, et vos diverses assurances.
Enfin, commencez à manger ce qu’il y a dans vos placards (nous ne sommes plus en temps de guerre) et dans votre congélateur (vous n’aurez pas envie de cuisses de canard, d’escargots ou de desserts Picard la veille du déménagement).

On fait quoi 15 jours avant ?

C’est le moment de mettre en place le transfert du courrier par la Poste, de signaler votre changement d’adresse à la crèche, à la Sécurité sociale, à la mutuelle, aux différents journaux auxquels vous êtes abonnés… Et si vous avez cinq minutes, ce dont on doute fort, envoyez un mail à vos proches pour les informer de votre nouvelle adresse. Enfin, pensez à souscrire un contrat avec les fournisseurs d’électricité et/ou de gaz : un minimum de cinq jours ouvrables est nécessaire pour mettre en place un nouveau contrat.

Côté pratique, on arrête d’arroser les plantes en pot (pour ne pas avoir à transporter des pots lourds et pleins d’eau), on commence à prévoir le futur emplacement des meubles dans chaque pièce – histoire de pouvoir répondre aux questions des déménageurs le jour venu -, et on nettoie les gros appareils électroménagers (si, si, derrière aussi). Enfin, pour les propriétaires d’animaux, on part à la recherche de la nounou d’un jour. Car personne n’aimerait que Rufus, votre labrador très énervé, ne morde l’un des déménageurs, ou que Max, votre bengal hyper stressé, essaie de griffer chaque être humain à portée de patte.

On fait quoi une semaine avant ?

On continue les cartons, on lave les rideaux et on les range, on loue une shampouineuse pour tapis et moquettes. Retirez tout ce qui est accroché aux murs (tableaux, appliques, photos…), en n’oubliant pas de passer un coup de chiffon avant. Profitez-en pour reboucher les trous… vous allez aussi devoir préparer votre état des lieux. À J-2, videz et dégivrez réfrigérateur et congélateur, vidangez et débranchez la machine à laver le linge. Débranchez vos appareils hi-fi et, surtout, mettez des étiquettes pour reconnaître les différents câbles.

N’oubliez pas de récupérer vos vêtements laissés au pressing en janvier et de prendre vos chaussures déposées chez le cordonnier le mois dernier. Préparez votre carton de « survie » : chargeur de téléphone, lampe de poche, papier toilette, vaisselle jetable et serviettes en papier, prise multiple, ouvre-boîte, tire-bouchon… Enfin, on téléphonera au déménageur pour confirmer l’heure du rendez-vous, sans oublier de lui redemander (pour la troisième fois) s’il a bien contacté la préfecture pour avoir l’autorisation de garer son camion devant l’immeuble.

On fait quoi la veille ?

On souffle ? Pas encore. Normalement presque tous les cartons doivent être terminés. On en profite, non pas pour aller chez le coiffeur, mais pour vérifier chaque placard, retirer toutes les multiprises des murs, dévisser les ampoules des lampes (prévoir de garder une boîte à chaussures pour les emballer dedans). Enfin, si vous avez caché des objets de valeur ou de l’argent dans la maison, c’est le moment de les récupérer. Profitez-en pour nettoyer autant que vous le pouvez avant le déménagement. Vous avez certainement confié des doubles de vos clés à vos enfants, à vos voisins ou à la gardienne. Pensez à les récupérer.

Emmenez vos animaux de compagnie chez leur nounou et faites le plein de votre voiture : demain, vous n’aurez pas le temps. Un petit tour à la supérette du coin pour prendre de l’eau et des boissons rafraîchissantes pour les déménageurs, cela sera utile. Préparez un sac avec des vêtements de rechange pour deux jours, une trousse à pharmacie avec les produits de base et votre ordinateur portable (oui, avec le chargeur). Quoiqu’il arrive, gardez avec vous vos objets précieux, votre passeport, vos diplômes… Enfin, couchez-vous tôt.

Le jour du déménagement

Relevez les chiffres figurant sur le(s) compteur(s) d’électricité / de gaz de votre logement (sauf si le gestionnaire de réseau a déjà effectué un relevé dans le cadre d’un rendez-vous de résiliation). Téléphonez ensuite au(x) fournisseur(s) actuel(s) du logement que vous quittez pour leur transmettre cette information. Ils la prendront en compte pour vous envoyer la facture de résiliation. Indiquez-leur l’adresse à laquelle vous souhaitez recevoir cette facture.

Au fur et à mesure de la matinée, des questions auxquelles vous n’aurez pas pensé vont surgir. C’est normal. Vous devez être très disponible pour pouvoir y répondre : évitez de vous attribuer trop de tâches et restez en permanence à l’écoute des déménageurs, vos nouveaux meilleurs amis. Gardez votre nouvelle adresse à portée de main dans votre portefeuille ou votre sac. Dans l’affolement du déménagement, vous pourriez l’oublier…
Après que ces messieurs ont rempli leur camion (vous pourriez avoir des surprises, certains sont très rapides), assurez-vous que rien ne traîne, ne laissez pas les objets que vous avez finalement décidé de ne pas emporter sur le trottoir… Il est souvent nécessaire de donner un dernier coup d’éponge ou de serpillière, donc, ne mettez pas tous vos produits de nettoyage dans les cartons… Le plus simple étant de payer une femme de ménage pour quelques heures ; vous n’êtes plus à cela près.

Organisez-vous pour qu’il y ait une personne présente dans votre nouvelle habitation pour recevoir les déménageurs à l’arrivée et indiquer l’emplacement de chaque meuble. Vérifiez qu’il n’y a pas de casse au déballage. Si vous constatez des dommages, signalez-les sur le bulletin de livraison. Vous disposez de dix jours ensuite pour confirmer vos observations, par lettre recommandée. Donnez un pourboire aux déménageurs et proposez-leur de boire un verre. Bienvenue chez vous !